Imprimer

Dossier Recherche-création : Conversation éditoriale

Le dossier Recherche-création rassemble 10 contributions, comme autant de manières de rendre compte d'un champ de recherche de moins en moins nouveau et de plus en plus habité. Pour introduire le dossier, Découvrir a rencontré les deux corédactrices qui se sont entretenues sur le pourquoi et le comment. Une définition de la recherche-création ressort de leurs échanges : une recherche où la création est centrale, et où une solide réflexion théorique est traversée de concepts puisés dans une diversité de disciplines... [La rédaction]

DC - redactrices
Les deux corédactrices du dossier en conversation "éditoriale", Samuelle Ducrocq-Henry et Lynn Hughes , 2018. Extraits d'une bande-vidéo : ACFAS.

Conversation

http://baladoquebec.ca/acfas/rss

  • Extraits
  • Lynn Hughes : « Il faut que la création soit au coeur de la démarche ». Mais aussi, dans la recherche-création, « on veut voir la réflexion. Ce peut être fait de façon très poétique, comme on a vu dans le texte d'Erin Manning, mais il faut que ce soit [...] approfondi, intéressant et sérieux ».
  • Samuelle Ducrocq-Henry : « Je pense qu'on a affaire à des artistes peut-être un peu  plus intellectuels dans le sens que la part de discours entre élaborer un texte scientifique et élaborer une oeuvre avec toute la sensibilité, cela semble faire appel  [aux] deux hémisphères du cerveau qui ont à discourir entre le sensible et le rationnel, en soi cela crée une catégorie un peu particulière de recherche». 

Une recherche-création de Samuelle Ducrocq-Henry

DC - Ducrocq-Henry
Crédits photo : Cynthia Beaudet

« Extrait d'une performance scénique réalisée avec chevaux et artistes dans un environnement simulé sur moteur de jeu, sur lesquels je travaille depuis 2 ans. Le nouveau spectacle Les Amériques, qui prendra l'affiche en juillet 2018 au Parc Cavaland, permettra au public d'interagir avec des chevaux ayant développé un cow-sense (instinct de gestion du bétail) en travaillant avec des avatars de taureaux. On a notamment découvert que ces grands animaux réagissent très fortement à la simulation virtuelle. Les stimuli – tout spécialement les silhouettes, postures et mouvements – les amènent à adopter un comportement identique à celui qu'ils auraient face à du vrai bétail : ils se mettent à chasser l'avatar du taureau à l'écran, une compétence indispensable à l'apprentissage du tri du bétail qui est recherchée dans les grandes exploitations de l'Ouest mais qui se trouve mobilisée ici à des fins artistiques tandis qu'un spectateur volontaire dirige l'avatar du taureau, donc le cheval sur scène, par le biais de capteurs de jeu. »

Une recherche-création de Lynn Hughes

DC - Hugues
Propinquity (Proximité). Lynn Hughes, Bart Simon et Jane Tinqely, 2014

« Propinquity (Proximité) se veut un jeu axé plutôt sur le corps que sur l’écran, faisant référence à la fois aux jeux de combat et de danse. C’est une expérience ludique construite autour d’une interaction qui implique tout le corps et qui, avec le son et selon les règles, génère une intense rencontre, à la fois sociale et physique. Propinquity est également conçu comme un spectacle très animé et expressif pour un public – une espèce de chorégraphie ouverte, parfois maladroite, parfois fluide – de deux corps en relation [voir aussi l'extrait vidéo]. »

Auteur(es)

Lynn Hughes
Université Concordia

Lynn Hughes est formée en art, et en histoire et philosophie des sciences et de la technologie. Elle est professeur émérite à l'Université Concordia où elle détient la chaire de recherche en Interaction Design and Games Innovation. Elle a joué un rôle déterminant dans la conception, la structuration et le financement d'Hexagram en 2001, maintenant devenu le Regroupement stratégique et réseau sur la recherche- création en arts et technologies médiatiques. Elle a aussi été cofondatrice / directrice du groupe interuniversitaire Interstices de 2000 à 2010. Interstices a fourni un premier cadre aux étudiants et aux professeurs de l'UQAM et de Concordia pour travailler ensemble sur la recherche-création en arts médiatiques. En 2008, elle a fondé, avec le Dr Bart Simon à Concordia, le centre de recherche Technoculture Art and Games (TAG) qui se concentre sur la recherche interdisciplinaire relative à l'étude des jeux et à la conception de jeux. En 2015 elle conçoit, avec les Drs Bart Simon et Christopher Salter, le mandat et la structure du nouvel institut Milieux qui chapeaute la recherche et la recherche-création en art, culture et technologie à Concordia. La production artistique de la chercheuse a été exposée dans des festivals et des galeries, localement, nationalement et internationalement. Son travail actuel explore le domaine entre l'art contemporain, le théâtre et les jeux.

Samuelle Ducrocq-Henry
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Samuelle Ducrocq-Henry est professeure en théorie et pratique de l’Interactivité et des NTIC, docteure en communication spécialiste du serious gaming et des nouveaux médias. Elle enseigne au Département de création et nouveaux médias de l’UQAT depuis 2002. Elle a développé le nouveau centre UQAT de Montréal dédié à la création 3D, et elle a créé plusieurs programmes universitaires novateurs dans le domaine du jeu vidéo. Elle est impliquée dans cette industrie depuis 2002 et collabore avec plusieurs centres universitaires au développement de serious games dédiés touchant aux domaines de la sécurité, cyberthérapie, éducation, droit et médecine, ainsi qu'avec des centres de diffusion artistiques (Parc Cavaland) produisant des spectacles vivants intégrant artistes, chevaux et décors virtuels immersifs simulés sur moteur de jeu. Elle contribue aussi, en ce moment, en collaboration avec Louis-Claude Paquin et Cynthia Noury, à la réalisation d’une cartographie de la recherche-création.