Imprimer

Louis Berlinguet, le bâtisseur (1926-2018)

En 1992, Louis Berlinguet accorde un entretien à Yves Gingras. C'est celui qui a été président de l'ACFAS en 1969 qui intéresse ici l'historien et sociologue des sciences, en train de terminer son ouvrage sur l'histoire de l'Association. En rendant disponibles ces quelques extraits, nous voudrions ainsi rendre hommage à l'homme et à son oeuvre [lien disponible au centre de l'article].

Louis Berlinguet
Louis Berlinguet (1926-2018). Source : Marc Berlinguet

Le scientifique

C'est à la Faculté des sciences de l'Université de Montréal, au début des années 1940, que Louis Berlinguet entreprend ses études supérieures. Il y effectue, pendant quatre ans, un baccalauréat en chimie, en se spécialisant en biochimie. Léon Lortie, Abel Gauthier, Roger Barré et Marcel Rinfret sont parmi ses professeurs. Pour la suite, on lui conseillera de joindre une autre institution : « Berlinguet, allez-vous en de Montréal, on vous a donné pendant quatre ans ce que l'on pouvait vous donner. »1. C'est en feuilletant le Canadian Journal of chemistry qu'il repère l'un de ses fréquents contributeurs, le biochimiste Roger Gaudry2. Il ira réaliser sous sa gouverne, de 1947 à 1950, à l'Université Laval, un doctorat en chimie organique sur la synthèse des acides aminés.

Sa carrière universitaire se déroulera entièrement au Département de biochimie de la Faculté de médecine de l'Université Laval. « À l’époque où l’on découvrait la structure de l’ADN, Louis Berlinguet se penchait sur la synthèse des acides aminés, la chimie et la biochimie des protéines, et la chimiothérapie du cancer » 3.

Berlinguet - communication
En 1947, en compagnie de son directeur de thèse, Roger Gaudry, il présente une communication scientifique au 15e Congrès de l'ACFAS : Étude la synthèse de la proline par cyclisation d’un acide valérinique di-halogéné. Source : Annales de l'ACFAS.

Le bâtisseur

Pour l'historien et sociologue des sciences, Yves Gingras, le scientifique fait partie de cette génération de bâtisseurs d'institutions; ces lieux qui permettent, entre autres, d'encadrer et de penser les pratiques. Les chercheurs ne doivent jamais tenir pour acquises les institutions de la recherche, souligne l'historien, « et c'est à eux de les habiter ». Ce sera le cas de Louis Berlinguet, sans contredit.

Ses contributions au système de recherche sont tout simplement remarquables, tant par leur importance que par leur nombre4. Les repères biographiques, colligés par l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), et reproduits à la fin du présent article, sont éloquents.

Soulignons ici sa participation à la création de l’Université du Québec et de l'INRS. « Dédié à ce projet [l'Université du Québec], il en est nommé vice-président à la recherche. C’est avec le développement de ce réseau universitaire, qui a joué un important rôle dans l’essor de l’éducation supérieure au Québec, que M. Berlinguet devient le premier président du conseil d’administration de l’Institut national de la recherche scientifique fondé en 1969. Il s’investit notamment dans l’établissement des centres INRS-Eau, à Québec, et INRS-Énergie, à Varennes! »5

Le président de l’ACFAS

Quand il devient président de l'ACFAS en 1969, Louis Berlinguet connait déjà très bien cette institution. Depuis 1947, il présente régulièrement des communications au congrès, et en 1967, il rejoint le Conseil exécutif à titre de 2e, puis de 1er vice-président. « À peine élu [président], à l’Assemblée générale de novembre 1969, Louis Berlinguet annonce qu’il faut démocratiser l’ACFAS et "penser à l’élément scientifique féminin" »6. C'est en 1970 que Lise Nicole, qui avait été l'une des ses étudiantes, devient la première femme à prendre part au Conseil d'administration. Puis, en 1974, la première présidente est élue : l'économiste Livia Thur, alors vice-rectrice à l'enseignement et à la recherche à l'UQTR.

Mais pour avoir un meilleur aperçu de son mandat à la présidence de l'ACFAS, au moment de la Crise d'octobre, entre autres, quoi de mieux que de l'entendre nous en parler...

  • Extraits d'un entretien réalisé avec Louis Berlinguet, en 1992, avec l'historien et sociologue des sciences, Yves Gingras, UQAM. Cet entretien a été réalisé en préparation de l'ouvrage Pour l'avancement des sciences : Histoire de l'ACFAS 1923-1993, qui paraîtra aux Éditions du Boréal en 1994.

En 1981, le nouveau prix ACFAS Jacques-Rousseau, crée pour honorer des personnes qui se sont distingués dans plus d’une sphère de l’activité scientifique, est remis à Louis Berlinguet.

Berlinguet à l'ACFAS
Louis Berlinguet, assis à l'avant sur le coin de la table, participe ici à un colloque sur les drogues, tenu dans le cadre du congrès de l'ACFAS, en 1968. Source : "Pour l'avancement des sciences : Histoire de l'ACFAS 1923-1992", p. 211. Crédits : W. B. Edwards inc.

 

UQ
Première réunion du Conseil des études de l'Université du Québec, tenue les 11 et 12 mai 1970, au siège social. En partant de la droite, on aperçoit, en troisième place, Louis Berlinguet, et à sa droite, Livia Thur, ici vice-rectrice à l'enseignement et à la recherche à l'UQTR. Quatre ans plus tard, Livia Thur deviendra la première femme à présider l'ACFAS. Source : "Bulletin d'information de l'Université du Québec", vol. 1, no 14 (du 3 juin au 7 juillet 1970), p.3. Archives de l'Université du Québec.
Berlinguet - biographie INRS
Biographie de Louis Berlinguet en bref, réalisé par l'INRS - inrs.ca/actualites/deces-de-louis-berlinguet-linrs-perd-un-de-ses-fondateurs

 

 

Auteur(e)

Johanne Lebel
Rédactrice en chef