Imprimer

Récit de recherche – actualité : Construction d'une science du territoire québécoise

Le Centre de recherche en développement territorial (CRDT) est un groupe de recherche interdisciplinaire aux ambitions territoriales. Présent au sein des composantes régionales de l’Université du Québec, il revendique une recherche centrée sur les territoires, et qui doit y trouver toute sa pertinence. Pour autant, peut-on mesurer solidement cette ambition? Nous nous sommes lancés dans une analyse bibliographique et lexicale des publications des membres du Centre, afin d’examiner si (et comment) les bottines suivent les babines ...

Récit Dumarcher Fournis 2

L’analyse lexicale des titres des publications, dont sont extraites les illustrations ci-dessus (voir aussi le détail ci-dessous), a permis de relever le « territoire intellectuel » et l’évolution des thématiques du centre de recherche.

Ce projet a combiné trois volets :

  • L’étude des pratiques de publication (collaborations entre auteurs, lieux et langues de publication,etc.) a mis à jour le « territoire pratique » du Centre.
  • L’analyse lexicale des titres des publications a permis de relever son « territoire intellectuel » et l’évolution des thématiques depuis la création du Centre.
  • Enfin, un examen de leur insertion (inter)disciplinaire, selon les revues de publication, est venu tracer les contours de son « territoire (inter)disciplinaire ».

Combinées, ces trois approches renseignent sur l’identité des « sciences du territoire » au Québec, qui s’avère à la fois plus complexe que prévu et relativement dynamique. Cette complexité se traduit dans diverses tensions observables : entre la recherche individuelle et les publications collectives, entre les différentes échelles de publication (du local à l’international), entre des modes de diffusion strictement académiques et des publications plus « ouverte » aux différents publics ou utilisateurs de la recherche.

Les pratiques de publication du CRDT sont typiques des sciences sociales québécoises actuelles, avec une nuance importante : les coopérations montrent l’existence d’un espace académique propre, extérieur aux grands pôles urbains. L’analyse lexicale des titres confirme cette hypothèse d’une insertion territoriale poussée :  chaque site du réseau de l’Université du Québec génère des recherches spécifiques, liées à un territoire particulier (ruralité à l’UQAR, forêt à l’UQO, etc.), qui convergent pour esquisser un modèle québécois des territoires régionaux autour du triptyque lexical « développement-Québec-territoire ». Enfin, l’insertion disciplinaire des sciences du territoire a conduit à identifier un territoire scientifique propre, hybridant logiques interdisciplinaires, sous-disciplinaires (autour de certaines disciplines sœurs : géographie, sociologie, sciences politiques, sciences économiques) et interstitielles (tournées vers des objets particuliers, hors des champs disciplinaires établis). En définitive, le CRDT est le créateur d’un territoire académique propre, sous ces trois dimensions1.

Récit - Dumarcher Fournis

 

  • 1. Pour en savoir plus : ce projet a donné lieu à la publication d’un ouvrage disponible aux Éditions du GRIDEQ-CRDT : FOURNIS, Yann et Amélie DUMARCHER (2017). Le territoire du CRDT. La construction d’un espace intellectuel, entre science et territoire. Éditions GRIDEQ-CRDT, Rimouski, 161 p.

Auteur(es)

Yann Fournis
Université du Québec à Rimouski

Yann Fournis est professeur en développement régional et en science politique à l’Université du Québec à Rimouski. Il est membre du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT) et du Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional de l’est du Québec (GRIDEQ). Ses recherches portent sur la gouvernance des régions périphériques, les mobilisations autour des grands projets et la territorialisation du développement.

Amélie Dumarcher
Université du Québec à Rimouski

Amélie Dumarcher est titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en Géographie de l'Université d'Avignon et des pays de Vaucluse (France), et actuellement doctorante en développement régional à l'UQAR. Elle est membre du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT). Ses recherches portent sur la gouvernance des ressources premières au Québec et dans l'Est du Canada, ainsi que sur les trajectoires et dynamiques des territoires périphériques (régions-ressources et villes de ressources).